Le ventre d'Ivi Kromm

Journal de bord, transport en commun et digestion de vers.

28 décembre 2008

C'mon, explode.

Tangi (remasterisé) Ha n'out ket prest, paotr a skiant,Ha n'out ket prest da 'n em rannañ?Da rein diouzhit, just 'tamm bihan,D'ar re 'zo vitout ho kanañ? Ale, ale, butun ha tan!Deomp 'ta hon daou er wenojennDa dastumm bleuñv, keuneud ha manHa kiklañ brav ar murioù gwenn. Na pez ket aon, paotr a skiant,'Vefomp skuizh 'n eil gant egile!Larfomp ket hon seizh sakramant'Vit mont da gousket barzh en ur vez. Ma 'n omp stagomp toud asambles'Vo ket gant chadennoù ponner'Vo ket gant mann 'bet met gant nerzhDa vont en hent kreñv... [Lire la suite]
Posté par Ivi Kromm à 15:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

12 août 2008

La fontaine

Le chemin est long jusqu’à la fontaineIl faut dans les sentiers qui nous soûlent au tourmentAprès la traversée de mille arides champsLutter comme jamais contre l’épée d’ébène. Le chemin est long jusqu’à la fontaineMais j’irai jusqu’au bout peut-être hurlant ton nomEt j’y boirai notre eau qui jadis à foisonCourait dans nos rivières pour détacher nos chaînes. Nouvelle version 1er Août 2008, Kerinou
Posté par Ivi Kromm à 18:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
13 juin 2008

La zone

De retour dans la zone, j’attendsOn m’a fouillé, regardéSous toutes les couturesVérifié mes papiersObservé ma figureEt placé dans la zone où j’attends. Au milieu d’un désert de déchets, de buildingsQu’on ne traverse à pieds qu’en cas de catastropheJ’ai été trimballé de parking en parkingA cet énorme endroit où l’on vent des étoffes,Où l’on vent des produits luxueux et mondainsAu son de morceaux creux supposés à la modeQui apprécie ce monde où l’on respire en vain ?Se voulant libre il est pourri de codes. Je vais entrer dans... [Lire la suite]
Posté par Ivi Kromm à 13:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 avril 2008

Feu, feu, prendras-tu?

An Pierlé & White Velvet, How Does It Feel Feu, feu, prendras-tu?Viendras-tu enfin t'installerOù je voudrais avoir vécuPrès de tes flammes vénérées? Le temps est court et tu le sais.Je te sens faible et indécisPourtant sans toi je ne pourraisFaire éclore un peu de magie. Feu! J'ai besoin de ta chaleurDe ta puissance et de ta joiePour trouver ici quelques heuresLe palais que promet mon émoi. Il est en ces murs, sous ce toitJe le ferai d'un peu de viceBuvant ta force destructriceEt jouirai tant que tu vivras. Une... [Lire la suite]
Posté par Ivi Kromm à 14:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 février 2008

Le retour de la vadrouille

La vie parfois nous joue des toursEt crée des liens absurdes et inattendusJe refuse de compter les jours à reboursEt tisserai jusqu'à ce que tu ne sois plus. Et voilà que tu n'es plus!Une simple segondeTu as changé de mondeEt le lien distenduRien qu'une autre segondeA brillé puis fondu. 8/2/8... fini soudainement après une demi-heure de marche - la rue m'a porté, mes pas étaient évidents, habituels et faciles sur un chemin nouveau, en entrant dans la ville j'avais soif de mots, j'étais fort et tranquille dans les extérieurs... [Lire la suite]
Posté par Ivi Kromm à 20:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 février 2008

Grosse fatigue

Alors maintenant que la sociolinuistique subjective et conne est enfin écrite jusqu'au bout, voilà: Dimezellig dantelezetDa biv eo ar blev war da benn?Blam' betra vousc'hoarzhez pa welan ur spilhennSanket don 'n ez kalon gloazhet? Dimezellig dantelezetPet anezhe 'teus lazhet?Lâr din marplij pelec'h kavout sekred an toazA bareo ar goulioù war da gorf noazh. Genver 2008
Posté par Ivi Kromm à 00:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 janvier 2008

Le lendemain j'ai voulu aboyer... Oui oui, comme un chien!

Parfois j’aimerais crier, voir ce que ça donneSi les gens se retourneraient, tremblants, surprisOh comme j’aimerais hurler pour qu’ils entonnentLeurs refrains de murmures ahuris. Il se peut qu’ils me poursuivent et qu’ils me talonnentDans une course folle et puis qu’ils m’asphyxientDe leurs insultes rageuses qu’ils m’empoisonnentJe me tairai dans la paix de ce bruit. Mais il se peut aussi que quand ma voix claironneIls s’immobilisent et le regard indécisAttendent quelque chose… Je sors un trombonneEt sonne tant qu’aucun ne... [Lire la suite]
Posté par Ivi Kromm à 12:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 janvier 2008

A propos de l'As de pique

L'as de pique pique à côté du coeurObjectif râté. C'est un peu foireuxMais dans son bras bouillonne avec plein de vapeurLa fange de la vie en glaviots délicieux. Ecrire, écrire, écrire, aller dans tous les sens,Des cris prolixes et absurdement pugnacesQui schlinguent la dentelle et parfois l'ignoranceSens, quelque chose nait, et vibre dans la basse. Une réaction à un texte, Janvier 2008.
Posté par Ivi Kromm à 19:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
22 octobre 2007

Un beau jour, dans son monde, Ivi Kromm a reçu une poésie mécanique, extrêmement symboliste, de la part d'un nenuphar orange.Récemment il l'a repris, en a rectifié les vers...Voilà ce que ça donne. Poésie Mécanique Les horloges se battent au rythme de l'angoisseNous mangeons tristement de bien faibles armoires,La baguette du sort, celle du temps qui passeNous voici, triomphant au bout du réfectoire.Sainte femme éreintée jouant des maracasSur le bateau perdu au fond d'un no man's landEtrange bourdon, mélopée d'une... [Lire la suite]
Posté par Ivi Kromm à 17:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
18 octobre 2007

La faim

Le vent discret revient, la brune est sur la ville,Sur mon ventre il sent le pincement revenuIl dit « Tu m'apprécies. Mais où t'abrites-tu?- Je reste près de toi, à Constitution Hill. - Assieds-toi donc un peu sur les galets humidesNe sais-tu pas qu'il faut pour allumer tes miettesOser me faire face? Il n'est pas de cachetteOù je ne puisse entrer. Ainsi ton ventre vide. Et ainsi tout ton être, laisse-toi allerOuvre ta main, offres ton corps, que je remplisse! »La faim mène au trottoir, à l'église, à l'hospiceMoi je me... [Lire la suite]
Posté par Ivi Kromm à 17:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]