Le ventre d'Ivi Kromm

Journal de bord, transport en commun et digestion de vers.

21 février 2009

Ma bouteille

DSCI0018

Ah ma bouteille, quel plaisir de te retrouver! Tu m'avais manqué, bien sûr, mais je ne l'avouerai pas, ce serait indécent, ces choses-là se gardent pour soi. C'est vrai, nous nous étions ignorés longtemps, quelques semaines, quelques jours, mais il a suffit encore une fois que je te croise pour que mon envie de toi se réveille et que nous nous retrouvions un peu tous les deux.
Entre nous, pas de chichis, pas de blabla, on se connait. On passe tout de suite aux choses sérieuses. On se connait bien, non? Je ne vais pas te raconter ma vie, n'est-ce pas, qu'est-ce que tu y trouverais d'intéressant, toi la bouteille! Et moi-même, qu'est-ce que ça peut me foutre, la vie d'une bouteille? On ne se comprendrait pas. On n'a pas le même langage, pas les mêmes codes, on n'est pas du même monde! Notre relation, c'est ici et maintenant, parce que c'est moi, parce-que c'est toi, et d'ailleurs ça pourrait être une autre, je pourrais être un autre! L'important, c'est ce qu'on va faire ensemble tous les deux.
On se retrouve autour d'un verre et je t'engloutis. J'ai un problème avec l'alcool, c'est vrai. Je veux bien le dire. J'aimerai même pouvoir t'en parler. Mais comment te dire que j'ai un problème avec toi! Comment t'expliquer que le problème, ce n'est ni toi ni moi, mais ce qui se passe entre nous? Je ne suis pas malheureux de ne pas te voir. Je ne suis pas malheureux de te voir. Je suis souvent malheureux après t'avoir vu. Comme si j'attendais autre chose de toi, quelque chose que sans doute tu ne peux pas m'apporter. Mais je veux croire qu'un jour tu le pourras, que tu ouvriras les yeux, et que nous ferons de grandes choses ensemble, que tout ne s'arrêtera pas là, comme ça, une fois que je t'ai bue!
Je t'aime, tu le sais ça, je t'aime. Mais qu'est-ce que mon amour, pour toi? Tu ne comprends que ce que tu veux comprendre, tu n'entends que ce que tu peux entendre. Avec tes oreilles de bouteille... Quelque part, ce n'est pas de ta faute, c'est juste... Que je m'accroche à l'illusion qui me fait croire que tu pourrais être comme moi, partager mes sentiments. Bouteille, bouteille, bouteille... Tu me rends dingue. J'ai tellement de choses à te reprocher! Ou alors à moi? Je ne sais pas ce que tu en penses, jamais, je ne pense même pas que tu penses, je ne sais pas, dans le fond, qui tu es.

L'alcool et les gens, c'est pareil.
Quel goût, mais quel goût! Et puis je rentre chez moi et j'ai envie de cracher.

Posté par Ivi Kromm à 00:08 - Bla bla[0] - Perma [#]

Bla blas

Blablater